Petits cailloux et ricochets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

le projet

En novembre et décembre 2006, Anna Fedorovna Kozlika a remonté les années de 2006 à sa naissance au rythme d'un billet pour chaque année. Elle a appelé cette série « Mes petits cailloux 2006-1960 »

A la fin, elle a eu envie de reprendre le chemin en sens inverse et quelques blogueurs ont eu envie de la suivre : ces billets avaient fait naître en eux échos, sourires, jeux de miroir ou clins d’œil... ces fameux ricochets que font les petits cailloux lancés au fil de l'eau.

Le blog collectif que vous êtes en train de lire a été créé ainsi, au détour de discussions au bas de quelques billets. Il s’appelle « Petits cailloux et ricochets » et accueille les textes de tous les participants.

Si vous aussi vous souhaitez faire des ricochets, les modalités pratiques sont expliquées sur cette page.

les textes
S'abonner

Les petits cailloux de : chulie

(Les billets sont présentés dans l'ordre chronologique de leur écriture.)

Fil des billets - Fil des commentaires

chulie, sur le chemin de 19xx à 2006,
vendredi 23 février 2007

1980 : 00 - Michèle

Michèle a bientôt 18 ans.
Elle est exactement comme dans la chanson.
Elle a terminé le lycée en juin. Un peu en catastrophe. On a du amplifier la taille de la robe blanche, sans quoi le curé ne l'aurait pas mariée.
Ce matin, elle fait ses carreaux.
Elle rigole doucement, elle me gronde un peu dans sa tète :
"Dis donc, tu aurais pu venir hier, c'était la fête de ton père."

J'arrive, maman.
Je serai là pour midi, midi et demie.

chulie

chulie, sur le chemin de 19xx à 2006,
jeudi 1 mars 2007

1981 : 01 - Les filles

De toute sa vie de père il n'eut que des filles.

Mado, Noëlle, Astrid, Michèle. Les 4 filles du coiffeur B.
Des années entières de rires cristallins, de disputes, de pleurs aigus, de cheveux longs et de colifichets.
Seul contre toutes.

Grand père, il a exigé des garçons.
En 1979, On lui donne Alice. 1980, on accueille Julie.
Pas lui. Il se sent spolié.
Enfin en novembre nait Pierre. Et un mois après, le jour du petit Jésus, c'est Jonathan.
Deux d'un coup ! Il est fier comme jamais.

Désormais, le masculin l'emportera dans la cousinée. Même seules avec lui, nous serons "les gars".

chulie

chulie, sur le chemin de 19xx à 2006,
vendredi 9 mars 2007

1982 : tous les trois.

Je sais marcher sans tomber, je fais de longues phrases, j'ai plusieurs dents, j'ai des boucles et parfois même je demande le pot.

Je mérite des vacances pour me reposer de grandir si vite.

On m'achète une combinaison matelassée, des moufles, une cagoule, un chapeau de soleil, et une culotte de bain.
Entre ses jambes à lui, je glisse sur mes patinettes, je trempe ma culotte, on fait mine d'accuser les chutes dans la neige.
Dans ses bras à elle, je me cramponne, je hurles, et j'avale l'eau salée.
Quand je suis fatiguée, il me hisse sur son dos, et je m'endors au rythme des kilomètres à ski.
Quand j'ai trop peur des vagues, elle me prend contre elle sous le parasol, et nous lisons.

Mon monde mesure moins d'un mètre carré, mais nos vacances sont vastes.

chulie

chulie, sur le chemin de 19xx à 2006,
vendredi 16 mars 2007

1983 : 03 - L'école

Ma première école, c'est celle du village de mamie.

Pourquoi on m'avait mise là ?
Maman était à l'hôpital et Papa travaillait. On ne pouvait pas trop s'occuper de moi !
Non, je n'étais pas abandonnée. J'étais comme en grandes vacances chez mamie. Et puis, nom de dieu, j'allais à l'école !
Chaque enfant avait son coussin qu'il ramenait de la maison. Le mien était marron avec des fleurs jaunes et blanches. J'avais un gilet marin à capuche. Je mangeais une banane pour le goûter. Il y avait des pieux avec des pneus dans la cour. Et ma cousine auprès de moi.

Et puis maman a perdu le petit frère, et je suppose que je suis retournée à l'école en face de la maison.

chulie

chulie, sur le chemin de 19xx à 2006,
vendredi 23 mars 2007

1984 : 4 ans, j'attends.

Cette année m'apporte la maison des bidibulles, un déguisement de lapin, une robe de fée, un mange disque, la varicelle, un radiocassette enregistreur, un vélo et une flûte à bec (donc je ne saurais jouer que dans 6 ans).

Et quand je ne m'amuse pas avec tout ça, je vais donc à l'école en face de la maison.

J'aime l'école.

Quand je rentre, je prend mon gros oreiller dans ma chambre et je vais voir maman. Elle est toujours couchée. On regarde Club Dorothée ou Côte Ouest. Je fais des dessins : maman qui a un ventre transparent et dedans il y a un bébé.

Toutes les deux au lit, on attend.

chulie

page 1/2 | page 2

page 1/2 | page 2